Buurtzorg aux Pays-Bas

Mission : fournir des soins de meilleure qualité pour un coût moins important à la société ; permettre une vie meilleure au domicile

 

Buurtzorg peut se traduire en français "Soins de quartier".

Il s'agit d'un modèle (présentation exhaustive en anglais sur ce site) révolutionnaire pour les soins infirmiers à domicile aux Pays Bas, qui a été fondé en 2007 par Jos de Blok, avec une équipe de 4 infirmières.

Les équipes sont reliées entre elles par des échanges permanents (réseau social interne) : informations, conseils, partages de pratiques etc.
Chaque équipe intervient sur une zone géographique assez limitée pour se situer en proximité, et est responsable de : 
-trouver des patients (liens avec prescripteurs et établissements)
-coordination(s) et transmissions avec les prescripteurs et autres professionnels
-recrutements, planning, formation et finance
Les points clé :

- Vision globale (= holistique, systémique) de la personne humaine et de ses besoins (pas uniquement médicaux)

- Qualité du soin = qualité de la relation humaine et personnelle soignant-soigné ; minimiser le nombre d’intervenants différents au domicile

- Priorité = rendre le patient le plus autonome possible (éducation thérapeutique, mobilisation du réseau social de proximité)

 

Illustration par quelques témoignages.

 

Et quelques articles de presse récents en français : 

Alternatives économiques, février 2018

France Inter, le 28 février 2018 

Infirmiers.com, le 6 mars 2018

 

 

L'impact social?

 Une étude menée par KPMG en 2010 a conclu que Buurtzorg permettait de diminuer de 40% la dépense d'aide et de soins par personne accompagnée.

 

En 2011 et 2012, Buurtzorg a été élu "meilleur employeur de l'année" aux Pays-Bas.

 

Enfin, Buurtzorg est classé N°1 dans les études de satisfaction clients parmi plus de 300 organisations de soins.

Quelles différences avec les autres organisations?

1- Le travail en équipe permet de faire émerger les meilleures solutions pour les clients, qui recherchent indépendance et qualité de vie

2- Chaque infirmière se sent responsable de promouvoir et fournir des soins d'excellente qualité. Elle répond aux besoins avérés, en anticipant aussi de futures difficultés (prévention).

3- L'infirmière Buurtzorg est comme une "boussole" pour le client et sa famille, les aidant à trouver les solutions les plus adaptées à leur situation

4- Les équipes reçoivent le soutien d'une organisation centrale simple, avec des outils informatiques performants, et faciles à utiliser au quotidien, car construits avec et pour elles. Ces outils fournissent une visibilité en temps réel sur les indicateurs clé de l'activité, transparents pour chaque équipe

5- Les résultats de l'action des infirmières sont mesurés régulièrement, au service de leur volonté de délivrer des soins du plus haut niveau de qualité

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • Sylvie Roux (vendredi, 03. février 2017 13:08)

    L'organisation professionnelle décrite est en tout points semblable aux contenus des formations que je dispense, dans l'esprit et autant qu'il est possible de le promouvoir dans la mise en œuvre d'une relation de soin, de service.
    Est-elle transférable en France ? Il me semble que l'activité des SAP, très compartimentée, s'oppose à la vision globale partagée au bénéfice des personnes et des intervenants à domicile.
    Les catégories des professionnels impliqués, les logiques et les fonctionnements qui s'y rattachent ne contribuent pas à promouvoir la mise en commun des savoirs, simplement.
    Quelle pourrait-être la meilleure manière d'encourager de nouvelles pratiques, innovantes en humanité ?
    Merci

  • Natacha (mercredi, 17. mai 2017 13:01)

    Gros baratin!!! Les Ide libérales font déjà la même chose .elles s occupent du patient, des aides ,de la coordination avec les autres professionnels de santé ,et de la famille. Vous n apportez rien de plus que ce qui existe déjà en France .vous voulez juste BRADER LES SOINS .alors qu on de bat pour la reconnaissance de notre travail vous voulez nous dévaloriser ! C est lamentable et nous ne nous laisserons pas faire!!

  • Soignons Humain (mercredi, 17. mai 2017 23:19)

    Bonjour Natacha. Aïe, votre message nous touche au coeur et si c'est bien ce que vous avez compris de notre projet, alors nous n'avons pas réussi notre job! Vous avez tellement raison à propos de la reconnaissance du métier d'infirmière, votre préoccupation est tout à fait partagée par les infirmières qui portent notre association : libérales, ou non d'ailleurs. Le sujet est tellement important : il faut se parler, communiquer, et unir nos forces dans le respect des parcours et des choix de chacun, parce qu'au fond nous partageons tous les mêmes valeurs.

    En fait pour reformuler l'objectif de Soignons Humain on pourrait dire "Comment réussir à travailler en équipe" : quel que soit le statut libéral ou salarié (ce n'est pas notre sujet, nous considérons que c'est à chacun de choisir ce qui lui convient le mieux), comment réussir à faire fonctionner au mieux un petit collectif, au service de la vocation infirmière, qui comme vous le soulignez est effectivement bien partagée par l'immense majorité des professionnel(les).

    C'est çà que nos cousins Hollandais ont réussi à faire, et on trouve que c'est intéressant de le diffuser en France, en tout cas c'est déjà un point de départ utile pour réfléchir.
    Accepteriez vous de se rencontrer pour en échanger?

  • Françoise BONGIBAULT (dimanche, 01. octobre 2017 16:54)

    J' aimerais tant que les autres pays européens soient quelquefois imités pour les plus qu' ils pourraient apporter aux Français.
    Au lieu de çà, on nous propose de précariser l' emploi comme l' ont fait les Allemands par exemple.
    Puisse cette excellente initiative belge faire tache d' huile chez nous et chez les autres.
    Vieillir et s' approcher de sa propre fin n' est pas facile. En maison de retraite, c' est une horreur !!!!

  • Virginie (samedi, 07. octobre 2017 16:44)

    Je vous remercie pour cet article qui m'éclaire sur Buurtzorg. Vous indiquez que "Les équipes reçoivent le soutien d'une organisation centrale simple, avec des outils informatiques performants, et faciles à utiliser au quotidien, car construits avec et pour elles. Ces outils fournissent une visibilité en temps réel sur les indicateurs clé de l'activité, transparents pour chaque équipe." Dans le cadre d'une thèse sur l'intelligence collective et le digital, pourriez-vous m'en dire plus sur ces outils informatiques ? En vous remerciant par avance.

  • blanchard (mercredi, 14. février 2018 14:06)

    Qui êtes-vous à la tête de cette association ? On ne sait pas quelles sont les personnes qui composent votre association.

  • Soignons Humain (vendredi, 16. février 2018 10:26)

    Bonjour, oui vous avez raison c'est une page que nous avons à ajouter pour faire connaissance ;-)
    L'association compte une trentaine de membres. Le bureau est actuellement constitué de Chrystèle Leman (IDE cadre de santé), Matthieu Nochelski (IDE cadre de santé), Guillaume Alsac (polytechnicien, R&D en innovation sociale), Christine Vandenbulcke (directrice d'établissement médico social et élue locale), Géraldine Lombart (qualité et évaluations externes dans le sanitaire et le médico social), Arnold Fauquette, entrepreneur dans l'aide à domicile

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Soignons Humain