Buurtzorg aux Pays-Bas

Buurtzorg peut se traduire en français "Soins de quartier".

 

Il s'agit d'un modèle (présentation exhaustive en anglais sur ce site) révolutionnaire pour les soins infirmiers à domicile aux Pays Bas, qui a été fondé en 2007 par Jos de Blok, avec une équipe de 4 infirmières et un ami informaticien.

 

Les équipes sont reliées entre elles par des échanges permanents (réseau social interne) : informations, conseils, partages de pratiques etc.
Chaque équipe intervient sur une zone géographique assez limitée pour se situer en proximité, et est responsable de : 
-trouver des patients (liens avec prescripteurs et établissements)
-coordination(s) et transmissions avec les prescripteurs et autres professionnels
-recrutements, planning, formation et finance
Les points clé :

- Vision globale (= holistique, systémique) de la personne humaine et de ses besoins (pas uniquement médicaux)

- Qualité du soin = qualité de la relation humaine et personnelle soignant-soigné ; minimiser le nombre d’intervenants différents au domicile

- Priorité = rendre le patient le plus autonome possible (éducation thérapeutique, mobilisation du réseau social de proximité)

 

Illustration par quelques témoignages.

 

Et quelques articles de presse récents en français : 

Alternatives économiques, février 2018

France Inter, le 28 février 2018 

Infirmiers.com, le 6 mars 2018

 

 

L'impact social?

 Une étude menée par KPMG en 2010 a conclu que Buurtzorg permettait de diminuer de 40% la dépense d'aide et de soins par personne accompagnée.

 

En 2011 et 2012, Buurtzorg a été élu "meilleur employeur de l'année" aux Pays-Bas.

 

Enfin, Buurtzorg est classé N°1 dans les études de satisfaction clients parmi plus de 300 organisations de soins.

Quelles différences avec les autres organisations?

1- Le travail en équipe permet de faire émerger les meilleures solutions pour les clients, qui recherchent indépendance et qualité de vie

 

2- Chaque infirmière se sent responsable de promouvoir et fournir des soins d'excellente qualité. Elle répond aux besoins avérés, en anticipant aussi de futures difficultés (prévention).

 

3- L'infirmière Buurtzorg est comme une "référence" pour le client et sa famille, les aidant à trouver les solutions les plus adaptées à leur situation

 

4- Les équipes reçoivent le soutien d'une organisation centrale simple, avec des outils informatiques performants, et faciles à utiliser au quotidien, car construits avec et pour elles. Ces outils fournissent une visibilité en temps réel sur les indicateurs clé de l'activité, transparents pour chaque équipe

 

5- Les résultats de l'action des infirmières sont mesurés régulièrement, au service de leur volonté de délivrer des soins du plus haut niveau de qualité

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • Laurent (jeudi, 26. avril 2018 22:27)

    Pour mieux comprendre l'extraordinaire révolution apportée par Buurtzorg, je suggère la lecture du livre de Frédéric Laloux, "Reinventing Organizations" :-)

  • magali Fort (lundi, 04. juin 2018 10:31)

    bonjour moi je suis auxiliaire de vie à domicile et je ne vois pas comment appliquer votre modèle.je fais déjà de mon mieux pour faire le lien entre chaque intervenant de mon bénéficiaire(médecin,aide soignante,assistante sociale...)dites moi car si je peux amélirer des choses je suis preneuse

  • Sodjadan Koffi Odoé (vendredi, 29. juin 2018 00:39)

    Bonsoir monsieur le président ,
    Nous avons une association qui milite dans le même sens que la votre au Burkina Faso.Qu'allons nous faire pour bénéficier de votre soutien?
    Ou pouvez vous nous trouver de bénévoles?
    Merci

  • Pizer (jeudi, 16. août 2018 08:55)

    Je trouve magnifique la démarche et l’impact
    Suis IDE et nous aimerions
    rentrer en contact avec Mr Jos de Blok , venir le voir en personne en hollande

  • Bernet-Rollande (samedi, 25. août 2018 11:03)

    Je trouve génial ceux qui cherchent à implanter en France, le modèle mis en place par Buurtzorg aux Pays-Bas. Bravo pour votre initiative !

  • Soignons Humain (lundi, 27. août 2018 10:08)

    Merci!

  • Gbandi nadjombe (lundi, 27. août 2018 19:01)

    Je me nomme Nicolas ' je suis togolais ,assistant médical de santé publique charge régional VIH SIDA et nutrition ministère de la santé ' je suis passionné par vos œuvres et voudrais développer un partenariat francs fondé sur les échanges en santé publique merci et bonne reception

  • véronique (mercredi, 05. septembre 2018 17:20)

    On a les mêmes problèmes au Québec qu'à l'origine au Pays Bas: -Vision uniquement médicale des soins (les md sont un puissant lobby ici). -Bureaucratie+++ (amplifiée par les récents -Changements organisationnels issus de notre ministre de la santé, un médecin). -Une automatisation des soins (méthode Toyota imposée avec minutage pour les soins et des charges de cas lourde). Il n'y a absolument aucune vision holistique de la personne.
    Bref, le réseau a besoin d'un sérieux coup de barre, et le milieu est explosif....Vivement que ça explose pour crever l'abcès...

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Actualités

Le projet TICC a reçu un financement du programme Interreg 2 Mers 2014-2020, cofinancé par le Fonds Européen de développement Régional (FEDER). 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Soignons Humain